Mis en avant

Ratchet & Clank Rift Apart : Critique Technique

9/10

Ratchet & Clank Rift Apart sort ce vendredi 11 juin exclusivement sur la console tant recherchée de Sony et nous vous proposons, en marge de notre test du jeu, ci-après, un dossier plus graphique que technique (puisque nous n’aborderons pas l’apport du SSD par exemple dont on parle largement dans le vidéo-test) complet sur ce jeu qui semble exploiter les capacités de la PS5 à merveille !

LE TEST :

Insomniac Games démontre une nouvelle fois toute sa maitrîse de la PS5 en proposant comme pour Spider Man plusieurs modes graphiques. Vous aurez donc le mode Fidélité qui sera toujours à gauche dans les comparatifs d’images ci-dessous, le mode RT Performance qui sera lui toujours à droite dans ces mêmes comparatifs et le mode Performance que nous n’allons pas étudier en profondeur ici.

Mode Performance :

Nous avons passé le mode Performance RT à la sonde et si on a ressenti sur les phases explosives et rythmées que nous avons capturées quelques légers drops de framerate, notamment un pointe basse à 53 fps, le mode tenait largement les 60 fps sur la majeure partie du jeu, ou en tout cas des phases que nous avons capturées.

Un petit drop à 54 fps en mode RT Performance

Ainsi le mode Performance ne nous a pas semblé être vraiment utile sauf si vous tenez absolument à avoir une résolution légèrement meilleure. Très honnêtement, à moins d’avoir un téléviseur à très grande diagonale (supérieure ou égale à 65″) ou d’avoir un faible recul le gain de résolution ne se fera absolument pas sentir. Vous le constaterez d’ailleurs dans les comparatifs suivants qui utilisent le mode Fidélité et le mode RT Perf et qui sont donc censés opposer la plus haute résolution possible à la plus faible.

Point résolution : Aucun des modes ne présente une résolution en 4K native ou 2160 pixels, le mode fidélité s’en approchant tout de même beaucoup (environ 1800p), le mode Perf étant plus proche de des 1440p avec un framerate à 60fps et des effets visuels amoindries ainsi que l’absence totale de raytracing. Et un mode RT Perf avec une résolution plus faible s’approchant du Full HD (1080p) mais un framerate à 60fps également et l’utilisation d’accélérations ray tracing.

Même si je suis à titre personnel convaincu que les jeux vidéo doivent se faire en 60 fps je dois avouer que le mode Fidélité et tous les effets visuels qu’il apporte m’a complètement bluffé. L’intérêt de cette exclue PS5 étant notamment l’exploitation de la dernière console de Sony et donc la beauté de ses graphismes, vous ne prendrez pas la même claque graphique en jouant dans les deux modes favorisants le framerate même si ceux ci sont bien plus confortables, certes.

Les 30 fps en mode Fidélité sont très bien tenus

Voici d’autres comparatifs graphiques mais puisque ceux ci jouent énormément sur la résolution et la qualité d’images vous retrouverez toutes ces captures dans une galerie de screenshot 4K à la fin de ce dossier, que vous pourrez télécharger et sur lesquels vous pourrez zoomer à souhait pour vous faire un avis sur la différence de qualité d’image des différents modes.

Publicité

TEST de FORSPOKEN

Nous avons pu jouer à Forspoken et le terminer. Ce fut une expérience éprouvante tant le jeu n’a finalement que très peu de choses à proposer. Son gameplay est riche mais mal amené et qu’on vient souvent limiter.

Voici notre avis en vidéo-test : https://youtu.be/JMbmtmyzVPs

Au global voici notre ressenti par catégorie :

Réalisation : C’est très clairement l’un des points forts du jeu. Forspoken est beau ! Le luminous engine est parfaitement maîtrisé, peu de bugs sont à noter et cela impressionne considérant la nature même du jeu. Sur PS5, le menu options vous proposera 3 modes différents, un mode qualité privilégiant une résolution 4K avec un framerate stabilisé aux 30 fps. Un mode performances permettant de profiter de 60 images seconde et c’est celui que nous avons utilisé la plus grande partie de notre aventure puisque le gameplay nerveux du jeu s’y prête parfaitement. Enfin un mode raytracing que nous avons également beaucoup utilisé pour profiter de la meilleure qualité visuelle possible du monde d’Athia. Attention, cela dit, à le désactiver lors des scènes les plus couteuses en performances puisque votre jeu peut largement chuter sous les 20fps.

Toutefois, au niveau de la bande son, on ne retrouve aucun thème marquant. L’identité du continent d’Athia peine à être installée par ce biais précis. On se laissera bien volontiers être transporté par le thème principal mais cela reste assez décevant à ce niveau.

6/10

Gameplay : C’est l’autre point fort du jeu, celui ci est nerveux, aérien et très satisfaisant…

… Quand on veut bien nous laisser jouer. La longue phase introductive n’aura de cesse d’ôter les contrôles au joueur. Les sorts sont trop nombreux et ne se débloquent qu’en suivant la trame principale. Cela a pour effet de tuer dans l’œuf toute exploration. Faire les quêtes annexes, ou « détours » comme elles sont appelées est une perte de temps puisque les possibilités seront limitées pendant plus de la moitié du jeu liée à la quête principale. De même, la partie liée au parkour magique manque de précision et pourra être source de frustration également.

6/10

Durée de vie :

Avec une histoire pouvant être terminée en une quinzaine d’heures et un nombre d’activités annexes assez solide, la durée de vie du jeu est très correcte. Cela dit, il n’existe pas de monde où Forspoken sera relancé par les joueurs après l’avoir terminé, si toutefois vous persistez jusque là.

5/10

Scénario :

Cliché, peu entrainant et sans enjeux, le scénario est le véritable point noir de Forspoken alors même que l’on retrouve Amy Hennig à l’écriture qui avait pourtant su marquer l’industrie avec des jeux comme Uncharted 2. Frey, l’héroïne de Forspoken, est détestable du début à la fin. Le côté humoristique ne colle pas vraiment avec l’histoire qui nous est narrée. Il en résulte un décalage entre ce que le jeu souhaite que les joueurs ressentent et ce que l’on ressent vraiment face à ce qui se joue en face de nous. La fin, proposant un choix aux joueurs sonne comme un aveu d’échec de la part des développeurs.

1/10

Verdict :

Forspoken n’est pas dénué de qualités. Intrinsèquement son gameplay et sa réalisation sont même plutôt bons. Malheureusement la LuminousTeam pèche constamment dans l’exécution de ses idées. Le rythme beaucoup trop haché du jeu ainsi que son anecdotique scénario nous ont empêchés de prendre le moindre plaisir durant les 20 heures de jeu que nous a demandé Forspoken. Il est alors difficile de conseiller ce jeu au prix de 79.99€

4/10