Demon’s Souls – Le test Next Gen

Alors qu’à la première prise de parole de Sony où l’on a appris que Blue Point games travaillait sur un remake de Demon’s Souls nous avions eu du mal à être hypé. Au fur et a mesure des présentations de gameplay, il apparaissait clairement que Demon’s Souls est la plus grande claque graphique de la nouvelle génération.

Les écrans de titre du Remake PS et de l’OG sur PS3.

Même si Spider-Man est somptueux dans ses différents modes, Assassin’s Creed Valhalla et ses 60 images/secondes en 4K ou même le fait de voir le RE Engine tourner sur des consoles aussi puissantes que les Xbox Series X et Playstation 5 via la « Special Edition » de DMC 5 (test complet juste ici ou notre video-test juste ) restent des expériences assez impressionnantes et concluantes. La star de cette nouvelle génération reste ce Remake de Demon’s Souls sur PS5.

Blue Point n’en est pas à son coup d’essai dans l’art du Remake. Ils sont en effet à la baguette de l’époustouflant Shadow of the Colossus sur PS4. J’avais fait le jeu original sur PS2 avant d’attaquer son remake sur PS4 ce qui m’a permis de constater toutes les améliorations apportées par Blue Point dans la reconstruction de ce jeu. J’étais donc très confiant pour ce Demon’s Souls même je n’avais pas joué à l’original.

Pour réaliser ce test graphique et qu’il soit le plus complet possible je me suis muni en ce mois de novembre d’une version PS3 de Demon’s Souls. Celui ci m’a tellement plu que j’ai mis en suspend mon run sur Demon Soul’s PS5 pour d’abord le finir sur PS3. J’ai quand même passé plus de 20 heures de jeu sur la version PS5 et autant sur la version PS3. Je me suis également procurer Dark Souls Remastered sur Xbox Series X afin de les comparer graphiquement. Voilà, vous savez tout sur les conditions de test, nous pouvons plonger dans le Bolétaria !

La belle ou la bête ?

Dés les premières secondes de jeu dans le palais du Bolétaria on se rend compte de la beauté absolue du jeu. Une introduction au monde créé par From Software qu’on vous conseillera de réaliser en mode « cinématiques ». Ce mode qui pousse les effets visuels au maximum et qui saura remplir chacun des 2160 pixels de votre téléviseur puisqu’il tourne en 4K natif. Lorsque l’on compare à la version PS3, le monde retravaillé par Blue Point est luxuriant, fourmillant de particules, extrêmement détaillé avec une multitude de sources lumineuses qui déploieront chacune leur ombre rendant le tout homogène et réaliste.

Deux générations de progrès dans la gestion de la lumière et du brouillard

Le jeu propose également de la lumière en temps réel et les développeurs ont mis l’emphase sur une illumination globale qui rend le monde de Demon’s Souls immersif. Aucune accélération Ray Tracing n’est disponible avec le soft, Blue Point ne pouvant pas rater son rendez-vous avec la sortie de la PS5 ils ont déclaré ne pas avoir eu le temps d’implémenter ce game changer lumineux. Pour autant la solution de reflets de l’espace à l’écran choisie (Screen Space Reflexion) est très travaillée et détaillée. Le réalisme des reflets laissent parfois penser que la lumière est ray-tracée mais si l’on s’attarde sur ceux ci on retrouve les défauts inhérents au SSR avec des reflets qui dépendent totalement de ce qui est affiché à l’écran.

Sur PS3 le ciel se contentait sur certaine zone d’un blanc saturé alors que sur ce remake on a droit à une lumière naturelle qui vient illuminé la poussière volumétrique et offre ce rendu dense et poussiéreux. L’immersion est totale !

La tesselation ou le pavage en français mais on utilisera ici le terme anglais, est un autre axe graphique sur lequel Blue Point Games a placé l’emphase. Le système est vraiment poussé et en plus d’avoir de toutes nouvelles textures tout au long du jeu celle ci ont une profondeur, un effet 3D vraiment impressionnant. De plus cette Tesselation est dynamique ce qui rend les textures comme les murs ou les sols plus ou moins profonds selon leur proximité à la caméra. Celle ci mêlée au systeme d’illumination globale ainsi que des ombres en temps en réel participent grandement au sentiment de réalisme que l’on ressent en parcourant Demon’s Souls. Chaque brique aura sa propre ombre selon sa profondeur même si ce phénomène est grandement limité par les éclairages ne sont pas ray-tracés c’est suffisamment précis pour qu’on ressente son effet les quelques secondes ou l’on est proche d’un mur qui reçoit de la lumière et qu’on ne se rende pas compte de son absence sur un mur légèrement plus loin.

Cette Tesselation dynamique est l’un des changement que vous pourrez ressentir lorsque vous passerez en mode performances. Une fois le prologue réalisé et le Nexus visité pour la première fois, on ne saura que trop vous conseiller de passer sur le mode performances pour tout le reste de votre aventure. La tesselation sera nettement moins prononcée. Votre jeu passera d’une résolution en 4K natif à du 1440p mais vous aurez droit à un jeu bien plus fluide et réactif. Votre jeu tournera à 60 fps quasiment sur l’entièreté du jeu avec de très rares chutes dans les 56fps et une réponse de pixel largement meilleure.

Le jeu est sublime et le framerate très stable

De l’aveux même du fondateur de Blue Point Games, Marco Thrush, le jeu a d’abord été pensé et créé pour tourner sous le mode performances, en 60fps et avec une réponse de pixel meilleure. Le mode cinématiques n’a été ajouté ensuite uniquement pour donner servir de vitrine technologique à la PS5. Honnêtement vous aurez beau être défenseur de la résolution, du détail, de la précision ou des effets lumineux si vous testez le mode performance vous ne pourrez pas revenir au mode cinématique. Surtout que la difficulté notoire des jeux From Software est bien plus abordable avec un meilleur framerate et un jeu qui répond mieux aux inputs que le joueur lui envoie.

Gavin Moore, directeur créatif de Bluepoint Games, a déclaré que lui même n’arrivait pas à voir de différence dans l’image entre le mode cinématique et le mode performance. Il parait donc vraiment inutile de sacrifier la fluidité pour une image supposément plus détaillé mais invisible depuis le canapé. Toutes les différences que l’on a noté plus haut ont été mis en évidence lorsque l’on a passé l’image à la sonde et que l’on a fait nos test à 30 centimètres d’un moniteur très haut de gamme. D’autant plus que pour le mode performances vous aurez donc une image affichée nativement en 1440p mais avant que celle ci soit retravaillé pour être diffusé en 4K elle est d’abord mélangé à une image 4K. Ainsi le HUD reste en 4K même pour le mode performance ce qui a d’ailleurs totalement trompé notre sonde pensant que l’image était nativement en 4K. En plus de ce mélange l’image est ensuite traité et upscalé pour un affichage en 2160p ce qui rend le produit final très proche du rendu cinématique.

Entre modernité et tradition

Aucun membre de From Software n’a participé à ce remake pourtant l’équipe originale du jeu s’est également fait les dents à l’exercice du remake quand ils ont sorti en 2018 Dark Souls Remastered. Ils amenaient, entre autres et principalement, avec ce remaster le mode 60fps qui n’existait pas à l’époque de sa sortie en 2011 et même dans son édition PC en 2012. Des textures 4K affinées et un filtrage anisotrope permettant un rendu des textures propre quelque soit l’angle dans lequel on les contemple.

Ce qui faisait malheureusement défaut était le principal ajout de cette édition PS5, une illumination globale. Sur le remaster de From Software, la lumière était belle mais précalculée.

From Software a quand même donné sa bénédiction à Bluepoint Games pour donner une seconde vie à son titre iconique de 2009. Le studio texan s’est mit au travail sur Demon’s Souls PS5 dés la sortie de Shadow of the Collossus en 2017 avec énormément de respect pour le jeu, pour son créateur d’origine et sa fanbase. 3 ans pour recréer un jeu entier. Ils ont d’abord extrait le code source du jeu original. Les fans retrouveront en ce remake, le jeu qu’ils ont tant aimé. Un code qui a ensuite du être adapté à un moteur moderne pour former le plus gros projet de Bluepoint Games à ce jour. Le patron du studio, Marco Thrush, a révélé que celui ci a été traité en interne comme un triple A.

Pour en arriver au fer de lance de la Next Gen qu’est aujourd’hui Demon’s Souls, Bluepoint games a du faire travailler pas moins de 120 musiciens pour refaire toute la partie audio du jeu. Ils ont également engagé un grand nombre d’acteurs pour réaliser de la mo-cap afin d’ajouter pléthore d’animations notamment pour les personnages féminin qui manquaient à la version PS3.

Alors qu’on pouvait bruler uniquement les ennemis sur PS3, on peut maintenant bruler tout le décor. Le feu est un élément qui réagit naturellement et de manière réaliste. C’est pourquoi il brulera de manière différentes selon le matériau concerné.

Par respect envers le principe même de ce qu’est un Souls, si vous mourrez, vous retournerez sur une map où toutes traces de votre passage ou du passage d’une autre âme sont effacés mais si vous ne mourrez pas et que vous avancez vraiment loin dans le monde toutes les zones par lesquelles vous serez passé ne seront pas gardées en mémoire pourtant si vous y revenez chaque centimètre de bois que vous aurez cassé gardera sa place exacte. C’est un élément anodin mais la preuve qu’une quantité immense de données est compressée puis décompressée en un temps record grâce au SSD de la PS5 ainsi qu’à son processeur hyper rapide.

On en arrive donc au dernier atout majeur de ce remake. Le SSD. Fini les écrans de chargement. Vous n’aurez qu’un écran de fumée (littéralement), qui colle d’ailleurs parfaitement à l’univers, vous séparant du Nexus au monde choisi. C’est un véritable confort pour un jeu ou vous mourrez assurément beaucoup. Ce qui rend d’ailleurs le « farming » d’âmes bien plus facile et vous facilitera la vie lors de votre premier run notamment et si vous êtes en difficulté ne manquez surtout pas notre guide pour vous rendre le jeu facile.

C’est un atout non négligeable même si la version PS3 ne souffrait pas de chargements interminables. Ils étaient même plutôt rapides quand on les compare à ce qu’on nous a infligé ces 7 dernières années pendant la génération PS4/One. Logique puisque Demon’s Souls pèse 8 go sur PS3 et la technologie n’avait pas évolué lors du passage à la PS4 où l’on était encore sous HDD mécanique avec des jeux qui pesaient facilement 10 fois plus lourds…

Tout compte fait, ce remake est assurément une réussite et un indispensable pour tout possesseur de PS5. Et si ce type de jeu à difficulté extrème vous rebute vraiment on ne saurait que trop vous conseiller de consulter ce petit guide qui vous changera la vie sur Demon’s Souls ! En attendant, l’aventure Demon’s Souls PS3 + PS5 continue tous les soirs sur la chaine Twitch, on espère vous y retrouver nombreux !

2 commentaires sur « Demon’s Souls – Le test Next Gen »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :