Le RE engine fait encore plus de merveilles! Devil May Cry 5 – Special Edition – Le Test

Un jeu multi plateforme plus beau sur console que sur PC ? C’est à peine croyable mais telle était la promesse de Capcom avec la sortie de cette Spécial Edition. Autant vous dire que chez Critix, l’excitation était à son comble tellement ce cas de figure est rare.

Soyez donc prévenu, ce test traitera grandement de la partie graphique de cette édition, le jeu étant sorti il y a près de deux ans l’intérêt de se plonger longuement sur le jeu en lui même serait quand même bien réduit. On peut dire en préambule que ce DMC 5 est très singulier. Il est aujourd’hui le porte étendard d’un type de jeu, le Beat-them-up, tristement oublié par l’industrie. Son gameplay nerveux et varié, grâce aux quatre personnages jouables, est très efficace et rend la succession de combos addictive. La bande son se marie parfaitement avec le gameplay et le tout nous propose une expérience de jeu homogène qui fait terriblement sens !

Si l’on ne va pas plus s’attarder sur le test du jeu sorti en mars 2019 ce n’est pas pour autant que Capcom s’est contenté comme d’autres éditeurs de nous (re)pondre une édition aux textures lissées comme nous en avions malheureusement eu l’habitude les générations précédentes avec les versions « HD remaster » et autres « Definitive Edition » de jeux déjà sortis auparavant. Loin de là, le contenu est ici vraiment solide et propose d’ailleurs en exclusivité Next Gen le mode Chevalier Sombre que l’on détaillera plus amplement ci-après. Et en exclu temporaire le DLC Vergil qui ne sortira sur les autres plateformes qu’à partir du 15/12/2020.

Celui ci se prête d’ailleurs merveilleusement bien aux atouts apportés par la PS5 et la Xbox Series X tant son gameplay est vif. D’une simple pression sur le bouton « rond » (ou « B » pour la XSX) vous pourrez vous téléreporter vers votre ennemi. Son gameplay se décline en 4 possibilités. Tout d’abord le combat à distance en utilisant le Mirage Edge qui envoie des flèches meurtrières sur les ennemis et en combat rapproché vous pourrez utiliser les deux sabres Yamato et Mirage Blades ou opter pour une approche plus tactile avec les Beowulf qui vous permettront de patater vos ennemis tel un forain. Vergil prolonge encore plus le plaisir DMC 5 qui était déjà très axé sur sa rejouabilité et on va pas se plaindre.

Les ajouts graphiques sur lesquels nous allons nous pencher plus précisément ci-après sont réellement travaillés, poussés et précis et pas moins de 5 modes graphiques sont donc proposés. Assez pour combler tout type de joueurs :

Mode 1 (Raytracing visuel): Si vous avez une belle tv 4K, OLED aux couleurs éclatantes et que vous voulez surtout prendre une claque visuelle en profitant du raytracing vous pourrez choisir ce que j’appelle le mode 1 : Votre jeu tournera en 4K dynamique, le Raytracing sera poussé au maximum et votre framerate tournera entre 35 et +60 fps avec une moyenne tout au long du jeu dans les 50 images par seconde et dont les chutes restent assez rare. La reconstruction de l’image pour atteindre la résolution 2160p (4K) est assez poussée et à moins de s’approcher de sa TV pour essayer de voir les défauts de l’image vous ne remarquerez même pas l’upscale si tant est qu’il y en ait un.

Mode 2 (Raytracing performance): Dans ce mode vous sacrifierez des accélérations Raytracing sans le désactiver totalement, ainsi que la résolution de l’image puisque vous aurez de la 4K upscalé depuis une source 1080p et si l’upscale reste assez propre, pour un jeu aussi nerveux et dynamique l’image est quand même bien moins détaillé que dans le mode 1 car l’IA qui upscale le jeu doit chercher 1080 pixels à remplacer pour atteindre la 4K. Le tout pour un framerate toujours pas bloqué mais qui ne descendra jamais sous les 60fps, ce qui rendra donc l’expérience de jeu extrêmement fluide. C’est généralement le mode de jeu conseillé pour profiter de cette Spécial Edition lorsque l’on a une TV capable d’afficher de la 4K en 60fps. Tout y est équilibré. Vous aurez du Raytracing, de la 4K (reconstruite) et un framerate sans grosse chute et ce quelque soit la scène.

Mode 3 (Raytracing off): Dans ce troisième mode vous pourrez désactiver totalement le raytracing pour profiter d’une résolution 3840 x 2160 p (4K) nativement. Le tout avec un framerate dépassant parfois les 100fps mais extremement fluctuant avec des chutes sur PS5 au niveau des 45fps. Fort heureusement elles se font extremement rares et si vous avez une TV gérant la 4k à 60hz maximum (ce qui représente l’écrasante majorité du parc des TV 4k à date) vous aurez l’impression de jouer à un jeu en 60fps tout le long de l’aventure. L’expérience est très fluide mais posséder une console next gen pour ne pas profiter de ses innovations est à mon sens plutôt illogique. Le choix a tout de même le mérite d’être là.

Mode 4 (framerate élevé) : En parlant d’innovation c’est quand même incroyable ce qu’annonce Capcom. Un jeu console pouvant tourner en 120 fps. Pour tester cela vous devrez avoir une TV compatible 120 fps en 1080p car ce mode n’est bien sûr pas disponible en 4K. Vous devrez également activer le mode 120hz dans les paramètres de votre console pour pouvoir dégriser et activer le mode framerate élevé dans le menu « graphismes » du jeu. Pour avoir longuement testé ce jeu, nous devons vous avertir, vous aurez vraiment besoin d’un software pour synchroniser l’image. Au risque d’avoir d’énorme traces de Tearing rendant le tout injouable. Nous disposions pour ce test d’un moniteur Freesync et G sync, pouvant monter jusque 240hz. Et l’expérience fut assez bluffante d’une part. Le jeu tournant parfois bien au dessus des 100 fps, j’avais du mal à réaliser que j’étais sur console. Cette fréquence d’images affichées par seconde peut parfois descendre dans les 80 selon le nombre d’éléments à l’écran. 80 fps restant quand même extrêmement fluide. Cependant, et ce sera la seule énorme ombre au tableau qui viendra gâcher tout l’intérêt de ce mode : Le jeu ne permet pas de « lock » la fréquence. Ainsi passer de 110 fps à 80 fps représente une chute notable qui se fait ressentir très clairement manette en main et donne l’impression d’un jeu qui « rame ». Quel dommage ! Nous espérons que Capcom pourra ajouter cette option via une maj, imitant ce qui se fait sur PC, ce qui sauverait ce mode de jeu pourtant très prometteur.

Mode 5 (Chevalier de l’ombre) : Ou comment transformer votre beat-them-all en Muso. Un véritable ajout de cette Special Edition qui n’aurait pas pu être réalisé sur Current Gen tant les éléments affichés à l’écran sont nombreux. Les vagues d’ennemis sont incessantes. Les combos deviennent encore plus explosifs et le framerate reste très élevé. Un mode solide et qui a le mérite de prolonger encore plus la durée de vie du jeu.

Le RE engine fait encore plus de merveilles !

Pour découvrir l’histoire de DMC 5 et parcourir cette aventure au gameplay jouissif j’ai choisi le mode 1, la qualité visuelle au maximum en concédant de légères chutes de framerate. On m’a parlé d’un jeu plus beau sur console que sur PC. Ça tombe je dispose du jeu dans mon catalogue Steam. Et bien je constate d’entrée que le pari est réussi. Le jeu est tout bonnement sublime. Nous avons pu le tester dans ce mode ensemble sur Twitch et bon nombre de viewers étaient impressionnés par la qualité visuelle du jeu sur Xbox Series X, celle ci est sensiblement la même sur PS5. Voici quelques clips de ce live ci-dessous. Gardez quand même en mémoire que Twitch ne prend en charge ni la 4K ni le HDR. Vous avez donc sous les yeux uniquement un jeu tournant en 1080p avec du Raytracing et cela reste assez bluffant. Imaginez donc le rendu devant une TV !

https://clips.twitch.tv/PiliableHyperYamHassaanChop

https://clips.twitch.tv/NeighborlySteamyPrariedogDoritosChip

En définitive, il ne s’agit vraiment pas d’une simple réédition. Vous aurez également l’avantage de le faire sur SSD et que le jeu soit optimisé pour tourner exclusivement sur SSD contrairement à la version PC conçue pour tourner sur tous types d’ordinateur. Le confort apporté par ce SSD est plus qu’appréciable. Attention vous n’aurez plus le temps de respirer et que vous serez déjà plongés dans une horde de démons à trucider.

Voir le RE Engine poussé dans ses derniers retranchements, avoir accès à tous les DLC, pouvoir profiter pleinement de sa console Next Gen et redécouvrir ou découvrir un jeu vraiment bon le tout pour 39,99€ prix hors promotions à l’heure ou la majeure partie des éditeurs nous proposent leurs versions Next Gen toutes moins bien optimisés que ce DMC 5 Spécial Edition au moins au double de ce prix rend l’achat de cette version vraiment intéressant.

A noter que le jeu n’est disponible actuellement que sur les stores Xbox Series X et PS5 mais sera disponible en boite dés le 1er décembre prochain et vous l’aurez compris, Critix vous le conseille vivement !

Un avis sur “Le RE engine fait encore plus de merveilles! Devil May Cry 5 – Special Edition – Le Test

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :