Cyberpunk 2077 – TEST Complet (PC via RTX 3090 – Xbox Series X – PS5 – PS4 Pro)

Voilà quelques jours que nous avons fait le tour des rues de Heywood, Pacifica, Santo Domingo, Westbook, Watson et du Centre Ville de Night City et une fois le jeu terminé, qu’est ce qui restera de cette aventure pessimisto-futuristique ?

Précisons en préambule que ne disposant pas du Brain Dance pour nous projeter dans les studios de CD Projekt Red ou de voir le futur, ce test fait état de l’état actuel – au 13 décembre 2020 – du jeu sur un PC surboosté, sur Xbox Series X, sur PS5, PS4 Pro. Il s’agit du jeu sur galette agrémenté de 4 mises à jour représentant plusieurs centaines de giga octets. La version 1.04 en somme.

Si l’on précise cela c’est que tout porte à croire que Cyberbug Cyberpunk 2077 est placé dans les rayons alors qu’il est encore en version Alpha. On ne les a pas compté mais il semble que le titre du jeu fait référence au nombre de bugs présents à la sortie. Ou peut être fait-il référence au nombre total d’habitants de cette immense ville car oui, et c’est probablement là le plus gros problème du jeu, Night City est une ville fantôme (sur ses version consoles en tout cas).

Voilà la bombe est lachée, on reviendra plus longuement sur tous ces bugs ci-après car il n’y a pas que la tech qui compte et heureusement d’ailleurs. En effet, l’extrème inconfort qui résulte de la technologie limitée des consoles sur lesquelles le jeu sort ne change rien au fait que Cyberpunk 2077 est bourré de qualités !

Le jeu commencera par la création de son personnage et ce premier contact avec l’univers est en lui même déjà une déception. L’éditeur de personnage se limite à quelques presets et est loin d’être aussi poussé que ce que l’on nous avait annoncé. On aurait préféré avoir plus de choix dans la création de son « V » plutôt que d’avoir la possibilité de choisir la taille de son organe génital… De toutes manières on ne voit notre avatar qu’à de très rares occasions en jeu ce n’est donc pas bien grave.

Ce que l’on a surtout aimé c’est le choix entre les 3 backgrounds possible : Nomade, Corpo ou Gosse des rues. Un choix qui changera véritablement votre expérience de jeu puisque vous ne commencerez pas du tout votre aventure au même endroit et vous débloquerez des choix de dialogues et des possibilités de finir une missions propres à la voie que vous aurez choisi au tout début du jeu. Ceci implique alors une rejouabilité énorme au soft.

La ville qui s’ouvre à nous tout de suite après possède une ambiance prenante sublimée par sa direction artistique somptueuse. L’histoire qui y est narrée est vraiment intrigante et il y a peu de chance que vous lâchiez votre manette ou votre clavier pendant les 5 premières heures que constituent le prologue du jeu.

On avait pas vraiment de doute là dessus, connaissant le CV de CD Projekt Red mais la narration est extrêmement efficace. La bande son se marie complètement avec l’action qui se déroule sous nos yeux et le tout forme un ensemble incroyablement homogène qui donne envie de connaître la gargantuesque ville entièrement.

Les personnages sont écrits d’une main de maître et on ne parle pas que de la star du jeu, Johnny Silverhand interprété par Keanue Reeves. Chacun des personnages rencontrés a une histoire propre et cohérente et on vous garanti que vous serez tellement happés par leur charisme que vous choisirez toutes les options de dialogue dites non essentielles à la narration juste pour en connaître d’avantage sur vos interlocuteurs avant de choisir l’option « jaune » vous permettant de faire avancer l’histoire.

Ces choix de dialogue renforcent la composante première du jeu. C’est un véritable Action-RPG que nous avons en main. Attention à tous les joueurs qui s’attendaient au vu des trailers à un GTA-Like. Ce n’est pas du tout le cas.

Les 5 premières heures de jeu servent en réalité à un long didacticiel aux différentes mécaniques du jeu, vous apprendrez comment hacker, comment vous battre, la maniement des armes ou encore le Brain Dance qui vous permettra d’analyser des scènes qu’on vécu certaines personnes dont vous avez récupéré la puce neuronale comme si vous êtiez. En cela, ces 5 premières heures sont très cloisonnées et linéaires finalement mais le monde s’ouvrira complètement ensuite et vous pourrez voir la ville et votre map fourmiller d’activités diverses et variées toutes très bien amenées et écrites d’ailleurs.

Vous ne conduirez pas de véhicules lors de la première heure de jeu, ce moment étant toujours repoussé soit parce que quelqu’un conduira pour vous soit parce que la voiture ne démarrera pas. Ce qui ajoutera à l’impatience de conduire pour la première fois et le moment où vous pourrez enfin piloter est une énorme déception tant celle ci est mauvaise. La physique des véhicules visiblement ratée avec une physique hasardeuse qui laissera place à des accidents incompréhensibles avec une voiture qui se retrouve sur la votre suite à un léger accrochage… On est plus proche d’un Watch Dogs qu’un GTA.

Sur PC la conduite par à coups inhérente à l’utilisation du clavier, la réactivité

Un jeu sorti trop tôt

La technique est un domaine où le jeu semble également s’être inspiré de Watch Dogs tant elle est à la ramasse et on est clairement en train de faire injure à la licence d’Ubisoft.

Vous rencontrerez des bugs partout. Parfois même sur des missions principales qui deviendront interminable à cause d’un objectif physiquement inateignable et on a du recharger une sauvegarde automatique une heure auparavant pour refaire la mission et se débloquer.

Le popping est omniprésent et l’on ne parle pas d’éléments lointain qui apparaissent en s’approchant, ça c’est encore acceptable. Non, il s’agit bien d’éléments sur la carte qui pop à deux doigts de votre position avec des éléments qui paraissent en surbrillance puisqu’ils apparaissent et disparaissent rapidement ce qui laisse penser à un problème de mapping carrément.

Les textures mettent énormément de temps à se charger et le jeu étant en monde ouvert il n’y a pas de chargement en rentrant ou en sortant d’un immeuble celui se réalisant en temps réel et en attendant que ces textures chargent on peut se balader sur une map digne des possibilités graphiques de la PS2. On abuse à peine, voyez par vous mêmes : https://twitter.com/cRiTiXorg/status/1335909467402153984

Avec des chutes sous les 20 fps, sonde à l’appuie, le framerate de Cyberpunk viendra lui aussi entâcher votre séjour dans Night City. Il reste très variable et toujours plus proche des 30 fps que des 20 fps ce qui rend le tout tout de même jouable.

Enfin et c’est le point qui nous a le plus dérangé, les possibilités de calculs de la PS4 Pro impliquent une présence de PNJ in game très réduite et la ville en dehors des missions principales se retrouve vide et sans vie. Ce qui est tout le contraire du rêve que l’on s’est fait de Night City pendant toutes ces années d’attente…

L’univers Cyberpunk empruntant aux mastodontes du genre que sont le Neuromancien de William Gibbson, Blade Runner ou même Matrix est extrêmement bien retranscrit ici. Alors que le but du mouvement Cyberpunk est justement de plonger le monde dans une critique du modernisme et du progrès et nous invite à profiter de l’instant présent plutôt que d’espérer une amélioration de notre vie grâce au progrès il est intéressant de noter que cette sortie définitivement précipitée de Cyberpunk 2077 nous demande exactement le contraire. Patienter pour que des patchs viennent améliorer le jeu…

L’histoire de Cyberpunk reste malheureusement très timide et si les personnages sont convaincants, l’histoire principale ne vous marquera pas et ne vous invitera pas au questionnement de la société de l’être humain comme ont pu le faire les oeuvres que nous avons précédemment citées. Le potentiel était pourtant énorme et les thèmes déjà abordés par des oeuvres comme Mass Effect de bien meilleure manière auraient gagnés à être plus travaillés ici. Quel dommage !

Sur PC : Si vous disposez d’un bon PC et contrairement à ce qu’on a pu lire ou entendre ici et là, vous n’aurez pas forcément besoin d’une machine ultra haut de gamme. Une 2060 ou une 1080 faisant largement l’affaire pour jouer dans de très bonnes conditions en Full HD (1080p) ou en 2K (1440p) vous aurez droit à une expérience de jeu extrêmement solide et crédible. Un framerate constamment au dessus des 60fps sans procéder à quelconque concession graphique dans vos réglages. Une densité de PNJ bien plus forte et rendant le tout agréable. Une illumination globale cohérente. Un jeu buggé mais pouvant être parcouru du début à la fin sans ressentir l’envie pressante de s’arracher les cheveux.

Et si vous disposez des dernières cartes graphiques Nvidia comme nous qui avons pu tester le jeu sur une RTX 3090 vous aurez droit à un jeu qui place les standards de la Next Gen en terme d’illuminations, d’utilisation du Ray Tracing ou du DLSS. Un jeu graphiquement en avance sur son temps.

Pour les versions PS5 et Xbox Series X qui restent très jouables nous vous conseillons d’attendre les patchs Next Gen qui arriveront d’ici quelques mois et qui les rapprocheront des versions PC. Le jeu mérite vraiment d’être découvert sous cette version porte-étendard. Alors pour les heureux possesseurs de consoles Next Gen, suivez ce conseil et prenez votre mal en patience. Votre expérience de jeu n’en sera que magnifié !

Quant aux possesseurs de consoles Current Gen, fuyez ce jeu ! Ou en tout cas fuyez la version 1.04 de celui ci. Peut être que le jeu sera jouable dans quelques mois après le déploiement d’une montagne de patchs. Certainement même si l’on prend en considération le travail réalisé par CD Projekt Red sur la version Switch de The Witcher 3 mais dans l’état actuel des choses Cyberpunk 2077 n’est tout bonnement pas jouable.

Pour ces raisons nous avons décidé d’attribuer les notes de :

17/20 pour la version PC de Cyberpunk 2077

13/20 pour la version Xbox Series X de Cyberpunk 2077

11/20 pour la version PS5 de Cyberpunk 2077

5/20 pour les versions Xbox One, PS4 et PS4 Pro de Cyberpunk 2077

2 commentaires sur « Cyberpunk 2077 – TEST Complet (PC via RTX 3090 – Xbox Series X – PS5 – PS4 Pro) »

  1. Merci pour cette preview Mehdi
    C’est la seule et unique fois ou je lirai un article concernant le jeu jusqu’à sa sortie
    Le gros probleme vient donc de la technique donc pas besoin de s’alarmer car sera corrige sur le long terme

    J'aime

Répondre à FlavienAlexz Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :